Elisa Caron-Laviolette

Domaine de recherche

Je développe une recherche à la fois fondamentale et méthodologique sur les modes et les rythmes d’occupation des espaces domestiques préhistoriques. Ma démarche s’appuie sur l’analyse spatiale dynamique et sur l’analyse microstratigraphique d’habitats bien préservés, à l’échelle intra-site. Focalisé dans un premier temps sur les habitats nomades du Magdalénien dans le Bassin parisien, mon projet de recherche s’est élargi après ma thèse et s’intéresse à présent aux pratiques et aux conceptions de l’habitat préhistorique au sens large, nomade et sédentaire, avec notamment un travail en cours sur les maisons des premiers sédentaires au Proche-Orient. Grâce à l’exploitation des données très riches et très précises offertes par des sites à la préservation exceptionnelle, où les occupations successives sont bien distinctes, et à leur confrontation avec des référentiels actualistes — données ethnographiques mais aussi issues de programmes expérimentaux dédiés —, je crois qu’il est possible de reconstituer la fonction et le fonctionnement de chaque espace, de mieux comprendre la structuration des habitats et de proposer ensuite des clés de lecture applicables à des contextes où la préservation est moins favorable.

Mes recherches doctorales visaient, grâce à une approche paléosociologique, à explorer la variabilité des comportements des chasseurs-cueilleurs magdaléniens dans le Bassin parisien, et en particulier à Étiolles (Essonne). À travers l’analyse des productions en silex et la reconstitution des activités, du fonctionnement, et de la fonction des trois unités d’occupation dites « D71 » de ce site, je me suis attachée à identifier des récurrences et des changements dans les comportements à l’échelle des quelques années, voire des quelques décennies, qui séparent les séjours successifs des Magdaléniens sur le campement. Il s’agissait, à partir de cette étude de cas, de chercher à distinguer, au sein de la variabilité des comportements au Magdalénien, celle qui a trait à des divergences culturelles de celle d’ordre plus circonstanciel. Plus largement, mon travail a contribué à documenter la diversité à la fois des méthodes de production de grandes lames de silex à cette période et des modes d’utilisation de l’espace dans les campements nomades.

Dans le cadre de ma thèse et de mon travail à Étiolles, j’ai également exploré et développé différents procédés et techniques numériques permettant de répondre à l’ambition paléosociologique de mon travail de recherche et de terrain, notamment : 1) l’utilisation des bases de données relationnelles spatiales et des Systèmes d’Information Géographiques pour l’analyse spatiale à l’échelle très fine, nécessaire à une démarche palethnographique, et pour l’analyse microstratigraphique des amas de silex ; 2) la modélisation 3D de nucléus et de remontages de silex par photogrammétrie et l’usage des modèles 3D pour l’analyse technologique, l’illustration scientifique et la valorisation ; 3) le développement de protocoles de relevé numériques sur le terrain. Depuis quelques années, je mets également en pratique mon expérience en ingénierie pour d’autres projets de recherche et de valorisation, et sur d’autres terrains, notamment aux Tarterêts III (Corbeil-Essonnes, Essonne), à Eynan-Mallaha (Israël) et à Pincevent (La Grande Paroisse, Seine-et-Marne).

Programmes de recherche

  • Projet post-doctoral DOM-NAT, portant sur le site natoufien d’Eynan-Mallaha (Israël, dir. F. Bocquentin, L. Weissbrod), financé par le DIM PAMIR et supervisé par F. Bocquentin et E. Bellon (2023-présent) ;
  • Fouilles programmées du site magdalénien d’Étiolles (Essonne), dir. B. Valentin : co-direction (2015-présent) ;
  • Fouilles programmées du site paléolithique des Tarterêts III (Corbeil-Essonnes, Essonne), dir. C. Ollivier-Alibert : co-direction (2019-présent) ;
  • Chantier archéologique de Pincevent (La Grande Paroisse, Seine-et-Marne), dir. O. Bignon-Lau : analyse spatiale, gestion des données spatiales et cartographie (2020-2022).

Bibliographie sélective

  • Caron-Laviolette E., 2022 — « Résumé de thèse. (Ré)occupations. Réflexions autour de la variabilité magdalénienne à travers une séquence exceptionnelle d’occupations à Étiolles », Bulletin de la Société Préhistorique Française, 119, p. 114-116.
  • Caron-Laviolette E., 2022 — « Entre paléosociologie et paléohistoire : les unités D71 d’Étiolles » in Geneste J.-M., Grosos, P., Valentin B. (dir.), Préhistoire. Nouvelles frontières, Éd. de la Maison des Sciences de l'Homme, Paris, p. 195-201.
  • Peschaux C., Salomon H., Chassin de Kergommeaux A., Caron-Laviolette E., Lesvignes E., 2022 — « Des parures hautes en couleurs ! Les disques perforés en roches du site magdalénien de Pincevent (La Grande-Paroisse, France) », Technè, 54, p.18-25.
  • Caron-Laviolette, E., 2021 — (Ré)occupations. Réflexions autour de la variabilité magdalénienne à travers une séquence exceptionnelle d’occupations à Étiolles, Thèse de doctorat, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 758 p.
  • Caron-Laviolette, E., Bignon-Lau, O., Olive, M., 2018 — « (Re)occupation: Following a Magdalenian group through three successive occupations at Étiolles », Quaternary International, 498, p. 12-29.
  • Caron-Laviolette E., Mevel L., Ollivier-Alibert C., 2019 — « Le gisement des “Tarterêts II” à Corbeil-Essonnes (Essonne) : nouvelle approche synthétique du mobilier lithique », in Mevel L. & Griselin S. (dir.), Paléolithique final et Mésolithique dans le Bassin parisien et ses marges. Habitats, sociétés et environnements. Rapport 2018, p. 133-144.
  • Angevin, R., Mevel, L., Caron-Laviolette E., Kildéa, F., Souffi, B., 2020 — « Les occupations magdaléniennes de “La Croix de Bagneux” à Mareuil-sur-Cher (Loir-et-Cher) : premiers résultats et perspectives palethnographiques », Séances De La Société Préhistorique Française, vol. 15, p. 251-273.
  • Caron-Laviolette E., 2013 — Étiolles, rive gauche. La Fontaine au Soulier, Mémoire de Master, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Paris, 148 p.