Frédérique Valentin

Domaine de recherche

mots clé : mobilité , Océanie, changement socio-culturel, anthropologie biologique, préhistoire

Les travaux en anthropologie biologique que je mène depuis mon recrutement au CNRS en 2000 se structurent autour de deux axes : 1/ les comportements socio-culturels de groupes humains européens du Mésolithique et 2/ l’histoire du peuplement de la Mélanésie du sud et de la Polynésie occidentale. Ils se déroulent au sein de projets que je dirige, co-dirige ou auxquels je participe. La question principale est de parvenir à mieux cerner l’influence de la « mobilité humaine » sur la transformation des sociétés grâce une approche paléobiologique multidimensionnelle Les analyses des sépultures, de l’alimentation et des caractéristiques biologiques et biogéochimiques des individus apportent ainsi un éclairage original sur les sociétés anciennes d’Europe et d’Océanie.

Domaine d'enseignement

Mes activités pédagogiques s’articulent autour de trois disciplines : anthropologie biologique, archéologie funéraire et préhistoire océanienne, avec des cours et séminaires dispensés dans plusieurs établissements métropolitains dont l’Université Paris 1 et à l’étranger. J’assure l’encadrement ou co-encadrement d’étudiants en doctorat et en master et contribue à la formation des étudiants « au terrain funéraire » grâce à leur participation aux programmes que je développe.

Programmes de recherche

« 3000 Years of settlement and interaction in southern Vanuatu », projet ARC (Australian Research Council, DP 160103578) co-dirigé avec James Flexner (University of Sydney) et Stuart Bedford (Australian National University et MPI Iena).

« Enclaves polynésiennes au Vanuatu », Mission archéologique du Ministère Européen des Affaires Etrangères.

« The First Polynesians: Their Origins, Lifeways and Environmental Challenges », projet ARC (Australian Research Council, DP 160103578) co-dirigé avec Geoffrey Clark (Australian National University) et Christian Reepmeyer (James Cook University, Australia).

« BIFO », projet de la MITI du CNRS, appel à projet 2021, « Le temps : mesures, perceptions, impacts et applications, co-dirigé avec Estelle Herrscher (CNRS, UMR 7269), et Vincent Balter (CNRS, UMR 5276).

Bibliographie sélective

  • 1. Valentin F, Sand C., 2019. Mummification of the human body as a vector of social link: the case of Faténaoué (New Caledonia). Archaeologies of Island Melanesia: Current approaches to landscapes, exchange and practice, edited by Mathieu Leclerc and James Flexner, published 2019 by ANU Press, 32, The Australian National University, Canberra, Australia, pp 165-177.
  • 2. Dotte-Sarout E., Di Piazza A., Valentin F., Spriggs M. (eds.), 2020. Pour une histoire de la préhistoire océanienne : approches historiographiques de l’archéologie francophone dans le Pacifique, Marseille : pacifique-credo Publications, Cahiers du CREDO. https://books.openedition.org/pacific/1103
  • 3. Valentin F., Clark G., Parton P., Reepmeyer C. 2020. Mortuary practices of the first Polynesians: formative ethnogenesis in the Kingdom of Tonga. Antiquity, 94(376), 999-1014 http://dx.doi.org/10.15184/aqy.2020.89.
  • 4. Miszkiewicz JJ., Valentin F., Vrahnas C., Sims NA., Vongsvivut J., Tobin MJ., Clark G., 2021. Bone loss markers in the earliest Pacific islanders. Scientific Reports. https://doi.org/10.1038/s41598-021-83264-3
  • 5. Valentin F., Zinger W., Fenwick A., Bedford S., Flexner J., Willie E., Kuautonga T., 2022. Patterns of mortuary practice over millennia in Southern Vanuatu, South west Melanesia, Asian Perspectives 61(1) (in press).